mardi 23 janvier 2018
1100, 98713, Tahiti, Polynésie française | Skype | Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Découvrez Hienghène

id 126

Découvrez Hienghène, commune de la Province Nord de Nouvelle-Calédonie ! En savoir plus

Découvrez l'île de Rennell

id 127

Découvrez cette île magnifique dans l'archipel des îles Salomon ! En savoir plus

Ia Ora na Honiara !

X13La pluie s'est mise à fouetter le pont juste avant que des vents forts nous entraînent dans une bourrasque. Nos lampes frontales éclairaient ici et là le pont trempé lorsque nous relâchions la drisse et tirions le grand génois vers le bas.

André fut pris d'assaut par les embruns de la vague et il s'effaça aussi naturellement que l'écume. Lorsque ça s'est dégagé, il a souri, puis il a secoué sa tête et il s'est remis à bien attacher la voile. Nous avions la voile aurique, plus petite, prête à s'étendre et lorsque l'équipage se mit à tirer avec force la drisse et que la voile s'est déployée, j'aperçu le cordage sur le pont et allai le prendre immédiatement.

Il s'agit de la corde qui est tout au bout de la voile, lorsqu'on est à plus de 35 nœuds, la voile peut claquer avec véhémence et si la corde n'est pas attachée, elle peut s'emballer comme un serpent incontrôlable. J'avais le bout de cette corde dans ma main, mais la corde et la voile se sont agitées comme des fous furieux. En essayant désespérément d'enrouler la corde autour d'un taquet et de reprendre le contrôle des choses, je me suis mis à jurer. Désolé maman, mais à chaque fois qu'une ligne de 12 millimètres d'épaisseur me fouette la jambe ou l'épaule, ou même en pleine tête, et bien je sors des jurons. Une demi-douzaine de bleus sans conséquences sur le corps peut justifier cette envie et il a fallu du temps pour tout sécuriser et contrôler la voile. Alors que la bourrasque nous envoyait l'eau de mer sur le pont, en plus de la pluie et du vent sur nos visages, nous avons fait notre bout de chemin. Toute cette furie et cette agitation, sur le moment, c'est exaltant, c'est aussi la raison pour laquelle nous sommes ici.

Petit saut dans le temps : Nous sommes arrivés à Honiara, à l'extérieur du port pour la nuit et nous avons accosté, accueillis chaleureusement, les retrouvailles furent intenses. C'était merveilleux de retrouver des amis qui sont arrivés au terme de notre voyage. À 4 heures du matin, les yeux troubles, nous nous sommes retrouvés sur le pont et nous avons navigué dans le noir. Le festival des Arts du Pacifique s'est ouvert juste avant le lever du soleil avec des feux d'artifices, et tandis que l'aube se découvrait en beauté devant nous, une douzaine de longues pirogues de guerre ont fait une course jusqu'au rivage, devant une population réunie sur le bord de mer. Nous étions tout juste derrière eux, les voiles déployées, lorsqu'ils se sont dirigés rapidement vers la plage pour s'arrêter à quelques pas à peine de la foule. Ce fut un grand spectacle, et lorsqu'ils se sont retirés, nous nous sommes présentés et nous les avons salués par un haka.

Les diverses communautés se sont réunies devant leurs pirogues respectives pour les saluer et honorer leurs coutumes. Les uns après les autres, nous avons accosté sur la plage et nous avons répondu à cet accueil par nos haka, avant de souffler dans la conque une dernière fois et de retourner dans le petit port. Ce séjour promet d'être enrichissant avec tant de personnes issues de tant de nations.


Partagez avec vos amis !

Te Mana o Te Moana

"Nous avons entrepris un voyage extraordinaire qui réunit culture et conscience comme jamais auparavant."

Découvrez la bande-annonce du film Te Mana o Te Moana - The Pacific Voyagers.