mardi 23 janvier 2018
1100, 98713, Tahiti, Polynésie française | Skype | Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Découvrez Hienghène

id 126

Découvrez Hienghène, commune de la Province Nord de Nouvelle-Calédonie ! En savoir plus

Découvrez l'île de Rennell

id 127

Découvrez cette île magnifique dans l'archipel des îles Salomon ! En savoir plus

Ovalau, Fiji. Sommes-nous simples ?

blankNous avons été accueillis à Fiji avec un dossier de trente pages de démarches administratives. Pas grand chose comme informations, juste deux feuilles à remplir par ci, quatre feuilles par là, sept pour autre chose...

Toutes aussi importantes les unes que les autres pour chacun des services j'en suis sûr, mais ça fait un grand nombres d'arbres à l'année.

Nous avons touché la terre hier à Ovalau, jeté l'ancre et nous sommes restés seuls dans une glorieuse solitude sans aucune cérémonie ou fanfare organisée. Ça a été un des rares jours où personne nous portaient attention.

Glissant sur le récif sur un paddle, l'eau sans la moindre brise à la surface était comme du verre. Ici et là, de petits poissons lumineux, une étoile de mer pourpre posée sur le corail, mais, fondamentalement, rien ne se passe. Un petit requin est apparu puis à disparu silencieusement dans le bleu. Au bords du récif, il y avait quelques morceaux de corail vivant, mais à part ça, il y avait peu de vie.

Matani et Tetaua sont allés faire une partie de chasse sous-marine et revinrent les mains vides.

"Il n'y a rien là-bas... pas de poisson."

Je ne sais pas pourquoi ce récif est comme ça, mais c'est triste à voir. Un quart de toute la vie dans les océans est sur les récifs coralliens et quand ils meurent, on nous dit qu'ils le seront d'ici 10 à 20 ans si nous ne changeons pas nos modes de vie, nous perdons plus que juste un peu de poissons.

L'agriculture, malgré son importance, a joué un rôle énorme dans la destruction de la flore et la faune. Non seulement dans le ruissellement des pesticides et des engrais, mais dans l'empiétement sur le monde naturel et la concurrence avec des animaux sauvages et des habitats.

Il semble que nous avons cessé de vivre en harmonie avec la nature et nous nous efforçons avec toute notre puissance de contrôler la planète. Et si l'on regarde l'état de la plupart des gens sur la planète qui y vivent, même dans les pays "civilisés", on peut se poser la question, l'homme a-t-il travaillé ? Sommes-nous mieux lotis pour autant ? Avons-nous évolué ou avons-nous régressé en une espèce axée sur le contrôle irréaliste de quelque chose qui est franchement au-delà de notre portée ? Plus nous essayons de contrôler, plus il semble que nous détruisons.
Les peuples anciens de notre planète, les indigènes ignorants, faute d'un meilleur terme avait la perception dans l'être humain, une partie de la vie. Un morceau de l'ensemble. Nous avons fait de notre mieux pour soit les tuer purement et simplement, soit les forcer à adopter notre mode de vie (une génération d'enfants arrachés à leurs familles, les établissements forcés). Et à quelle fin ? Est-ce que notre mode de vie sain et plus heureux à première vue l'est vraiment en comparaison de celui qu'ils avaient vécu pendant des milliers d'années ?

Pour aller de l'avant vers un avenir sain, nous devons regarder en arrière pour apprendre les leçons de nos ancêtres, de tous nos ancêtres. La base de la sagesse des peuples autochtones est une approche globale de la vie. Nous faisons partie d'une plus grande communauté d'êtres vivants, sans que nous vivons sur un même rocher ou dans une même une ville de béton.

Nous, le monde moderne, avons réalisé de grandes choses, des miracles, mais nous avons désespérément besoin de renouer avec la vie.

À l'heure actuelle, nous allons entrer en contact avec la vie sur le rivage, pour toute l'administration fidjienne, l'accueil est chaleureux et c'est génial d'être de retour ici. Tous les instruments sont chargés dans le canot et le lovo (four en terre) cuit lentement au loin et nous réserve de bonnes choses pour le dîner.

Rires des différents équipage... et je peux entendre les ukulele qui raisonne déjà. La simplicité n'est pas une mauvaise chose hein. Il ya beaucoup moins de soucis.

Partagez avec vos amis !

Te Mana o Te Moana

"Nous avons entrepris un voyage extraordinaire qui réunit culture et conscience comme jamais auparavant."

Découvrez la bande-annonce du film Te Mana o Te Moana - The Pacific Voyagers.