mardi 23 janvier 2018
1100, 98713, Tahiti, Polynésie française | Skype | Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Découvrez Hienghène

id 126

Découvrez Hienghène, commune de la Province Nord de Nouvelle-Calédonie ! En savoir plus

Découvrez l'île de Rennell

id 127

Découvrez cette île magnifique dans l'archipel des îles Salomon ! En savoir plus

Bulletin n°18 du mercredi 1er juin 2011

0023Découvrez le bulletin n°18 du mercredi 1er juin 2011. Bientôt une semaine que nous sommes là, et pourtant on dirait que notre flotte de va'a n'est arrivée qu'hier sur les rives de Taipivai, cette belle vallée à l'extrémité Sud/Est de l'île de Nuku Hiva.

Herman Melville a fait le même parcours il y a 160 ans, il a d'ailleurs relaté son séjour dans la plus grande île de l'Archipel des Marquises dans son roman Typee : A Peep at Polynesian Life (1846). C'est devenu un best-seller, le premier avant le livre le plus important qu'il ait écrit, Moby-Dick, or The Whale (1851), considéré comme l'une des plus grandes œuvres littéraires de tous les temps.

Mais qu'est ce que la visite d'un étranger sur une île du Pacifique ou un cachalot blanc ont avoir avec ce blog ?

Dieter Paulmann, il n'y a pas assez de mots pour décrire cet homme, bienfaiteur et visionnaire du voyage Tavaru 2011, Te mana o te moana. Nous pourrions commencer par dire qu'il est grand, qu'il a un accent quand il parle et une garde-robe principalement composée de blanc.

Mais ce qui ne peut pas être décrit en termes simples, c'est sa passion pour la mer et en particulier ses créatures vivantes. Il est sans aucun doute un homme blanc qui découvre la beauté intacte des îles du Pacifique, et il est également l'un des rares qui a eu un contact direct avec un cachalot blanc, mais, contrairement à l'histoire Moby Dick, sa rencontre avec l'une des créatures mystérieuses de l'océan a été très positive et a changé sa vie. On pourrait dire que la rencontre était spirituelle et que c'est elle qui lui a inspiré la création de la fondation Okeanos .

Pendant un certain temps, il était pour beaucoup d'entre nous (membres des équipages du réseau Pacific Voyagers) un peu un mystère, tout comme la baleine blanche dans Moby Dick. Nous étions émerveillés par la générosité de Dieter et parfois sceptiques quant à ses intentions.

Mais depuis le début du voyage qui a commencé en avril, nous avons finalement rencontré Dieter Paulmann. À chaque événement, et à chaque cérémonie, il a partagé avec nous un peu de lui et surtout de son expérience avec la mer et un cachalot blanc qui a changé sa vie. Nous avons entendu l'histoire et nous allons continuer à l'entendre puisque notre voyage va bientôt se poursuivre sur Hawaï, et avec tous les discours nous nous rapprochons de lui.

On peut dire qu'il a réussi à intégrer le groupe, à partager sa passion, ses préoccupations avec nous, comme un père le ferait avec ses enfants, mais ce qui le sépare des autres bienfaiteurs, c'est qu'il écoute. Il a écouté les histoires de nos ancêtres racontées par les guides, archéologues et ethnologues, il a écouté les dirigeants des communes visitées, ceux qui vivent de la culture et bien sûr les membres d'équipage. Il écoute et agit. Que ce soit pour apporter un soutien aux projets locaux, ou promettre la construction d'un va'a pour le peuple de l'archipel des Marquises ou offrir la formation de deux jeunes gens de Nuku Hiva, ou accepter la demande des capitaines de rester un peu plus longtemps pour permettre le repos des équipages, il écoute et agit.

Le cœur et l'âme du va'a sont ses membres d'équipage. Et comme de nombreux membres d'équipage, nous recherchons les connaissances de nos ancêtres qui ont navigué sur l'océan Pacifique. Te mana o te moana, l'esprit de la mer, c'est le nom donné à ce voyage de va'a à travers le vaste océan Pacifique, Moana a Hiva.

Et avec les sept va'a plusieurs messages seront transmis :

  • la protection de la biodiversité marine,
  • la sensibilisation à l'acidification des océans,
  • le changement climatique,
  • la pollution des océans,
  • la promotion des coutumes et des traditions insulaires du Pacifique.

Mais il y a un message encore plus profond dans Te mana o te moana, un message spirituel qui rassemble.

Aujourd'hui à notre cérémonie de départ, tout le village de Taioha'e est venu dire au revoir à la flotte des sept va'a. Même si nous ne partons que samedi matin, la cérémonie était pleine d'émotions. C'était la première fois que nous étions si unis, en plus nous portions tous les t-shirts rouges que le village nous avait donnés. C'était la première fois, qu'avec toutes nos différences nous n'étions qu'un. C'était la première fois, semblait–il que nous pouvions nous comprendre les uns les autres. C'était le sentiment, c'était l'esprit de la cérémonie d'aujourd'hui.

Depuis de nombreuses années, le rassemblement des habitants des îles du Pacifique est établi par la politique, les sports et les arts. Mais Te mana o te moana est le voyage des peuples du Pacifique sur des va'a, un outil de communication qui a établi des liens dans le passé et aujourd'hui nous a inspiré, les gens de tous âges, venant de différents horizons à faire une différence dans nos vies.

N'est-ce pas l'esprit? Une rencontre spirituelle qui mène à des actions qui changent la vie. Paulmann Dieter a ouvert la voie et a donné à notre peuple de Moana a Hiva un va'a, une chance d'apprendre sur lui même, d'en savoir plus sur l'environnement qui nous entoure, de redécouvrir nos valeurs ancestrales, d'apprendre combien nos actions affectent l'avenir et les générations futures.

Le va'a, ses traversées et ses visites dans les différentes îles est la toile de fond parfaite pour un film qui parle d'aventure et d'océan. Et ce qui rend parfois le succès d'un film est le manque de prévision sur l'intrigue. Ce qui a commencé comme une aventure est devenu culturel et aujourd'hui révélé à nous tous, le spirituel.

Bien sûr, nos ancêtres le savaient. Juste un regard à chaque signe, légende, histoire, personne et vous pouvez voir les points de raccordement. Sept va'a avaient quitté jadis l'île de Fakarava pour revenir il y a quelques semaines, les sept va'a sont arrivées à Taipivai, la même vallée dans laquelle l'auteur Herman Mellville a écrit un roman qui a conduit à une autre histoire sur une baleine blanche... qu'un homme riche a rencontré et qui a changé sa vie, qui à son tour, a eu envie de construire sept va'a pour faire un film...

La spiritualité de ce voyage sera sans aucun doute le sujet d'une grande discussion, et pour Faafaite i te Ao Ma'ohi ce voyage entre Tahiti et Hawaï est de la plus haute importance car ce sera la première fois depuis très longtemps qu'un va'a de Tahiti met les voiles pour Hawaï, Fenua Vaihi. Nos va'a vogueront bientôt pour l'inconnu, tout comme le faisaient nos ancêtres, nous espérons arriver en toute sécurité et à notre tour... relier les points.

Relier les points...


Partagez avec vos amis !

Te Mana o Te Moana

"Nous avons entrepris un voyage extraordinaire qui réunit culture et conscience comme jamais auparavant."

Découvrez la bande-annonce du film Te Mana o Te Moana - The Pacific Voyagers.