mardi 22 août 2017
1100, 98713, Tahiti, Polynésie française | Skype | Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Découvrez Hienghène

id 126

Découvrez Hienghène, commune de la Province Nord de Nouvelle-Calédonie ! En savoir plus

Découvrez l'île de Rennell

id 127

Découvrez cette île magnifique dans l'archipel des îles Salomon ! En savoir plus

Journal de bord

Durant le projet de voyage Tavaru 2012, Te mana o te moana, les membres de l'équipage de la pirogue Faafaite i te Ao Ma'ohi écriront tant que possible des billets d'informations (météo, position, impressions, tâches en mer...) quotidiens depuis la pirogue.

Ces billets d'informations, qui constituront au fur et à mesure le journal de bord de l'équipage, apparaîtront chronologiquement dans cette section du site Web.

Eloge à John Taroa Doom

Lire l'éloge en français

© Polynésie 1ère'Ua reva tō tātou peretiteni hanahana i Rohotu No’ano’a

I tō’u mātaura’a ia John taroa Doom, i tō’u ia ‘ite-ato’a-ra’a e maita’i tō roto i te ta’ata. Te maita’i, te pa’ari ‘e te mana’o fa’ari’i, o te huru ia o teie metua. Te ha’avahavaha’orera’a, te fa’a’ino’orera’a ‘e te ti’avaru’orera’a i te ta’ata, o tāna ia nā poro i te ao nei. O te faufa’a ia o tāna i ni’ini’i i roto ia Fa’afaite iāna i ti’a mai ei peretiteni hanahana nō mātou, o ‘oia ia o tei ti’a mātāmua mai i ni’a i tāua ti’ara’a. ‘Ia pārahi mai i roto i tā mātou mau rurura’a, nō te tano ‘e te pa’ari o tōna mau mana’o, ‘ua ta’a i te naho’a e ‘aore tōna ‘ite i te mea ha’avarevare, e ‘ite mau tōna i tō tāua ta’ere tumu. Nā ni’a i te i’oa ‘āmui o Fa’afaite ‘e tae noa atu i te tā’ato’ara’a o te mau tōtaiete va’a tere moana nō Tai Nui O Atea, tē fa’atae atu nei au i te tāpa’o nō tō mātou ‘oto rahi i te ‘utuafare fēti’i, nā tamari’i, nā mo’otua, nā hina, te fēia i piri iāna, nā taea’e ‘e nā tuahine o te Fare Vāna’a.

I roto i tāna mau ‘arora’a, nō te pārurura’a i te reo tahiti, nō te ti’ara’a o te ta’ata, nō te āraira’a i te vi’ivi’i ātōmī,’ua fa’ari’i-‘ōhie-noa-hia te mana’o o John Doom, nō te mea e mea nā roto mai i tōna varua, tōna ‘ā’au  ‘e tōna huru ta’ata ‘ā’au maita’i. O te mea ia o tāna i ha’apūroro haere i riro ai ‘oia mai te ‘aito e arata’i tōna nūna’a ra te huru. ‘Ua fa’ari’i te naho’a i te reira parau nō te mea ho’i nō roto mai i te hō’ē metua māramarama o tei vai ta’ata noa ‘e o tei ‘ite i te ‘āpapa ‘e te fēruri i te parau. ‘Ua herehia nō tōna mata ‘ata’ata ‘e nō tāna ato’a mau nira ri’i ‘aore rā e mana’o ‘i’ino tō roto. Nō roto mai o John Doom i te ‘aufaufeti’i i ‘ōmua mai i te ‘ā’ai nō tō tāua reo ‘e te pāpa’i-ato’a-ra’a iāna. Teie tōna mau tupuna i ni’a i tāua taura nāti ra, o Henry Nott, John Orsmond, John Davies, Tepano Jaussen, Henry Teuira, Martial Iorss, Nedo Salmon, Tamuera ‘e Duro Raapoto, Henri Hiro, John Martin, Maco Tevane…’e tae noa atu i te mau vāna’a i ‘ore i fa’ahitihia te i’oa, o rātou ho’i te tumu fa’aora ‘e te papa o tō tāua reo. E ‘ita te fēia ‘ite e hape. Tē ha’amāuruuru nei mātou i teie metua nō te reo, ‘aua’e māoti ho’i i hi’o fāriu ai te mata i ni’a i te ta’ere tumu ‘e te reo tahiti. E utu’a tā tāua iāna ra e Fa’afaite : te fa’aotira’a i te puta parau nō ni’a i te mau ta’o horomoana. ‘Ua ani onoono noa o John i teie ‘ohipa.’Ua pāhono atu vau iāna e ‘ohipa oti te reira… !

‘Auē tō tāua reo ē ! ‘Auē ia puna i mihihia e ‘oe i reira te mau u’i e inu ai e hope roa tō rātou po’ihā !

‘Auē ! O vai tei parau a’e nei e ’ita te mamae ‘e te mate e ‘ite i tā rāua ‘ohipa ? ‘Ē, e parau mau, e ti’atono ho’i o John Doom nō tāna Ētārētia o tāna i here ‘e o tāna i tāvini-hope roa, ‘eiaha rā ‘ia houhou mai ‘ia parau atu vau, a hape noa atu vau, e ‘ita paha teie ‘aito e pārahi i roto i tā rātou parataito, i roto rā i tā tātou, i te vāhi i reira te mau ‘aito nō mua atu iāna e tia’i mai ai, i Rohotu No’ano’a.

‘Auē ! O vai ho’i tei ‘ite tei hea te parataito maita’i roa a’e ? O te mea e ‘oa’oahia ra ia Rohotu No’ano’a, e pārahi fa’ahou mai ‘oia e toru mahana i te maoro i rotopū ia tātou, ‘ia au o tei parauhia, e oriori noa tōna varua ‘e e ‘imi i te tahi ta’ata nō te vaiiho mai iāna ra i tāna faufa’a,‘e nō te hi’o ‘ata’ata ato’a paha i tā tātou mau peu ri’i hāpa’o’ore. ‘E, ‘ia oti tāna ‘ōhipa, i reira tōna varua e ‘ōunu  ai i te ‘outu o Tata’a ‘e, mai reira, e ma’ue atu ai i Temehani, tei reira ho’i te ‘ūputa o Rohotu No’ano’a. I reira o John e nehenehe ai e māta’ita’i ‘ia ‘Anamuri, te feti’a i fa’ahoruhoru na iāna mai te ‘āva’e tiurai 1966 mai ra.

‘Auē e John ē ! Tei roto tāua i te fa’atenitenira’a i teienei, e mea pura roa a’e teie feti’a i teie mahana. O tā ‘oe te reira tāho’ora’a. A ta’oto rā i te ta’oto hau o tā ‘oe i fa’aau i te ao, a ti’aturi ‘ua manuia te ‘ohipa o tā ‘oe i vaiiho mai !  E ora ā te reo tahiti. O mātou te fēia i mātau maita’i ia ‘oe, e pārahi hau mātou ma te ‘ā’au ‘ī i tō ‘oe itoito. ‘E, i te tau a muri atu, e herehia ‘oe e te fēia i ‘ore i mātau ia ‘oe, e ‘ite rātou i te ‘ohipa o tā ‘oe i rave, te pehepehe mutu’ore i pehepehehia e ‘oe nō tō tāua reo ta’i nave.

Jean-Claude TERIIEROOITERAI

 


Notre président d’honneur a pris son envol pour Rohotu No’ano’a

Quand j’ai connu John Taroa Doom, j’ai su que les hommes pouvaient être bons. A ses côtés, il exprimait la bonté, la sagesse et la tolérance. Ne jamais mépriser, décrier ou exclure, telle semblait être sa devise. Des valeurs qu’il a partagées avec Fa’afaite lorsqu’il en devient le premier président d’honneur. Sa présence à nos réunions exprimait la force et la sagesse de celui qui ne fait pas semblant de connaître mais qui maîtrise. C’est au nom de Fa’afaite et de toutes les sociétés de voyage de Tai Nui O Atea, du « Grand Océan de Atea », que je m’adresse à sa famille, à ses enfants, ses petits et arrières petits enfants, à tous ses proches et ses collègues du Fare Vāna’a, pour exprimer notre profonde douleur.

S’il a été compris et aimé dans ses combats, en faveur du reo tahiti, pour les droits de l’Homme, pour les méfaits des essais nucléaires, c’était du fait qu’il apportait l’âme, les dons et les qualités qui ont fait de lui le meilleur de sa race. On le comprenait parce qu’il était la clarté, la simplicité, la mesure et la force. On l’aimait parce qu’il avait la bonté rieuse et la satire profonde qui excluait la méchanceté. Il était de la grande lignée que l’on peut suivre depuis les balbutiements de l’histoire de notre langue et de son écriture. Il avait pour aïeux Henry Nott, John Murridge Orsmond, John Davies, Tepano Jaussen, Henry Teuira, Martial Iorss, Samuel et Duro Raapoto, Nedo Salmon, Henri Hiro, John Martin, Maco Tevane… et tous les vāna’a oubliés, ceux qui sont la raison et la lumière de la pureté du reo tahiti. Les connaisseurs ne se trompent pas. Nous sommes reconnaissants à cet artiste de nous avoir donné cette heureuse sensation d’aimer passionnément notre culture et notre langue. Nous devons le lui rendre en continuant l’œuvre linguistique initiée sur l’art de la navigation. Il attendait de Fa’afaite ce travail avec intérêt. Je le lui avais promis… !

‘Auē tō tātou reo ē ! Quelle fontaine de vie où je voudrais voir toutes les générations se désaltérer !

‘Auē ! Qui peut dire si la douleur et la mort ne savent pas ce qu’elles font ? Certes, John Taroa Doom fut diacre de son Eglise qu’il aimait tant et qu’il continuait de servir jusqu’au bout, mais lui-même et ceux de son temple ne m’en voudront pas si je leur dis que sa place n’est pas dans leur paradis, mais dans le nôtre, là où les ‘aito de sa race l’attendent, à Rohotu No’ano’a.

‘Auē ! Qui sait si l’immortalité n’est pas plus avantageuse là ? Ce qui est heureux pour nous, c’est que pendant trois jours, nous profiterons de sa présence rassurante, car son âme, dit-on, rôdera parmi nous pour nous apporter force et sagesse, et peut-être rire de nos sornettes. Puis il gagnera le promontoire de Tata’a et s’envolera peu après pour le mont Temehani où se trouve l’entrée de Rohotu No’ano’a. De là où il sera, il pourra contempler de plus près Aldébaran, cet astre qui avait enserré ses entrailles depuis un certain juillet 1966.

‘Auē e John ē ! Tu tiens là ta gloire, l’étoile est encore plus belle qu’avant. Dors de ton bon sommeil, si chèrement acheté, confiant dans la santé triomphante de l’œuvre que tu nous laisses ! Le reo tahiti vivra. Nous qui t’avons connu, nous resterons le cœur plein de ta robuste image. Et, dans la suite des temps, ceux qui ne te connaîtront que par tes œuvres t’aimeront pour l’éternel chant d’amour que tu as chanté pour la survie de notre belle langue.

Jean-Claude TERIIEROOITERAI

Un nouveau site web pour 2017

Un nouveau site web pour Faafaite en 2017Ia ora na tatou !


Nous préparons notre nouveau site web afin que vous puissiez suivre toutes les aventures de Fa'afaite au fil de l'eau. En attendant sa sortie, courant 2017, suivez-nous sur notre page Facebook "Faafaite - Tahiti Voyaging Society".

Hikianalia en route pour Hawaï

X57La pirogue hawaïenne Hikianalia et son équipage arrivés la semaine dernière au fenua a mis le cap sur Hawaï ce matin à 9 heures. Un rassemblement était organisé dans les jardins de Paofai pour leur souhaiter un retour dans les meilleures conditions.

Lire la suite : Hikianalia en route pour Hawaï

Faafaite de retour au fenua avec Hikianalia

X56Les pirogues doubles Faafaite et Hikianalia (Hawaï) sont arrivées ce matin à la pointe Tefauroa de Mahina, plus communément appellée pointe Vénus, après deux semaines de navigation aux conditions favorables, reliant ainsi la Nouvelle-Zélande à Tahiti.

Lire la suite : Faafaite de retour au fenua avec Hikianalia

Arc-en-ciel et toheveri

X55Nous sommes à 30 miles nautiques du Pari, situé du côté de Tautira ! Et nous filons à une vitesse moyenne de 9 nœuds. Le vent a un peu baissé. On a du 20 nœuds au lieu de 35 ! La houle est moins forte, nous sommes toujours autant mouillés...

Lire la suite : Arc-en-ciel et toheveri

Page 1 sur 27

Partagez avec vos amis !

Te Mana o Te Moana

"Nous avons entrepris un voyage extraordinaire qui réunit culture et conscience comme jamais auparavant."

Découvrez la bande-annonce du film Te Mana o Te Moana - The Pacific Voyagers.